Traces

Sérigraphies sur papier
Éditions de 5
2016

Je considère l'image photographique comme une trace du réel, un vecteur mémoriel.
M'approprier des images d'une époque qui m'a précédée est une façon de visiter ma propre histoire.
J'altère numériquement ces images : j’occulte des parties auxquelles j’attribue des effets visuels variés (hachures, lignes) qui participent de façon hétérogène à la photographie d’origine.
À travers l'association d'une image photographique et d'effets visuels provenant du numérique, je cherche à traduire la malléabilité des souvenirs, la polysémie de la mémoire.

Réalisation : Xavier Orssaud